Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 21:16

Vendredi 24 août, Kalinu rejoint Sète et son port à sec, après avoir parcouru pendant cette croisière estivale 564 M.

Le désarmement commence dès notre arrivée au ponton. Nous n’avons que quelques heures pour effectuer le rituel d’avant grutage :

- à vider presque complètement les coffres, de la nourriture restante, nettoyage de l’intérieur,

- à évacuer tout le matériel à l’extérieur du bateau, charger dans la voiture,

- à rincer le pont,

- à dégréer les voiles, toujours un peu lourd pour la grand voile lattée, c’est le boulot du capitaine.

 

Et Kalinu n’a plus qu’à jouer les filles de l’air :

STH75124STH75130STH75132

 

La chaleur est bien pesante en cette après-midi. Je m’en serai bien passé, car il y a de l’entretien prévu : vidange de l’huile, changement de tous les filtres pour l’hivernage. Evidemment, d’une fois sur l’autre, on se refait piéger par les coulures d’huile et de gasoil. La prochaine fois, on fera plus propre, histoire de passer moins de temps à nettoyer.

 

En fin de journée, l’équipage de Kalinu est sur les rotules.

Soirée au restaurant de la Pointe Courte, que nous recommandons. Nous prolongeons ainsi les vacances au maximum, au bord de l’eau.

 

Samedi, reste encore du pain sur la planche : dont hivernage du hors-bord, remplissage du réservoir de gasoil du Volvo. En fin d’après-midi, le coup de vent attendu arrive : en 5 minutes, il atteint les 35-40 Nd avec rafales à 48 Nd enregistrés.

Chez nos amis du voilier Toizic’h qui sont à flot au ponton, cela ressemble à de la navigation hauturière.

 

La nuit, le vent siffle encore un bon moment dans les mâtures avant de se calmer.

 

Dimanche midi, verrouillage des panneaux de descente et fin des vacances.

 

Nous reprenons notre vie de terrien.

Repost 0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 20:11

Jeudi 23 août 2012.

Matin, petite pluie fine et ciel couvert. Il fait étonnamment frais.

L’après-midi, nous tirons quelques bords entre les parcs à huîtres, les bouées et les tourelles, dans une bonne brise, qui nous oblige à serrer de la toile. Sensations garanties.

 

Mouillage bien mignon devant le port de Bouzigues :

STH75109STH75110STH75111STH75112

 

STH75116Tender, notre annexe, nous conduit à terre, au restaurant Benezech, pour une soirée plateau fruits de mer en terrasse.

 

 

 

 

 

STH75117STH75121

A bientôt.

Repost 0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 21:22

A ben ça, c’est de la belle journée de mer !

Mercredi 22 août 2012. Un petit peu de moteur, chaleur ++, waypoint sur l’île Brescou, devant le Cap d’Agde. Nous envoyons toute la toile une heure avant de l’atteindre pour filer sur un bon bord jusqu’à Sète.

Kalinu sent l’écurie et ne se ménage pas.

 

STH75096STH75097STH75092

Et voilà le Mont Saint-Clair, son cimetière marin, Paul Valéry…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En tout 36 M couverts.

STH75101Il s’agit ensuite de passer les 5 ponts ouvrants de Sète et gagner Balaruc pour un petit mouillage, histoire de se reposer un peu…

Demain, ça va souffler.

 

 

 

 

 

 

 

STH75104STH75106

 

A bientôt.

Repost 0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 19:27

DSC00409Mardi 21 août. Départ sous voile du mouillage des Paulilles, mais plus de vent une fois passé le Cap Béar. Quelle drôle de météo dans ce pays :  une brume épaisse recouvre tout. Le radar est mis à contribution.

Chaleur moite ++.

 

 

 

 

 

 

DSC00405DSC00406DSC00407DSC00408

DSC00413Pas mécontents de voir l’entrée de Gruissan après 41 M dans ces conditions chaudes et pas ventées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des bateaux sont au mouillage dans l’avant-port, mais information prise auprès d’un local, personne ne devrait rester là pour la nuit. Pas très encourageant de voir passer ici le coup de vent prévu pour cette nuit-là.

Ainsi, nous allons au port en quête d’un abri sûr.

STH75085Les places pour voiliers de passage sont évidemment les moins agréables : along side avec passage d’estivants rougeoyants suceurs de glaces le soir, ou criants durant la nuit. D’un coup d’un seul, nous avons l’impression de ne plus avoir la moindre intimité. Nous ne sommes plus habitués du tout à cette promiscuité, car c’est seulement notre troisième nuit dans un port en 4 semaines et les deux premières, à Ciutadella, c’était la classe…

 

 

STH75087On nous prendra tout de même ici 34€, soit le tarif d’un 12m, à cause de la largeur du bateau. Au début, ça flatterait un égo mal placé, mais cela passe très vite.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous connaissez bien la protection du mouillage de l’avant-port, votre avis nous intéresse.

 

A bientôt.

Repost 0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 21:46

STH75063_thumbLundi 20 août. Une journée pour farniente au frais. Pas de vent. La seule animation du jour est le passage du Cap Creus. La commande en second ne l’a jamais vu de près. Une belle occasion.

Ce cap est redouté. Par coup de Tramontane, le marin prudent s’en écarte. Aujourd’hui, rien de tel, alors nous prenons la passe, large de 50 m, assez impressionnante par son aspect minéral, mais aussi par le courant qui nous freine. Bien 2 Nd dans le pif qui poussent au sud.

 

STH75061_thumbSTH75070_thumb

La suite de la journée, c’est du moteur jusqu’à l’anse des Paulilles, sur la côte française. Au total 27 M couverts avec l’aide de la mécanique et toujours pas de vent sur les prévisions météo.

L’anse en question, côté sud est jolie de loin, bordée de vignes verdoyantes :

DSC00402_thumbSTH75076_thumb

STH75078_thumbDe plus près, c’est assez décevant. De vieux bâtiment désaffectés et mur de bêton avec tags. Une plage de gros galets pas entretenue et quelques vielles embarcations posées dessus. Des rafiots sur coffre bien restaurés ou bien crasseux. A bord, petite nostalgie des eaux turquoises minorquines.

Quelques vedettes bruyantes qui partiront un peu avant la tombée de la nuit.

 

 

 

DSC00400_thumbLe lendemain matin, après une nuit calme, les caprices de la météo locale s’illustrent par une belle invasion de brume.

Bien envie d’aller voir plus loin, vers le nord.

 

 

 

A bientôt.

Repost 0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 18:06

Vendredi 17 août 2012. Nous profitons jusqu’à la fin de la matinée du calme et de l’eau claire de notre dernier mouillage minorquin  de la Cala del Amarador .

Premiers mètres, nous sommes sous voiles dans la risée à 16 Nd, puis moteur et voile en alternance.

Chaleur étouffante l’après-midi. Nous portons à peine les voiles dans 10 Nd de SE jusqu’à 6h le samedi matin. Suffisant pour passer une nuit sans moteur.

A 4h30, nous croisons assez proche un voilier sous voile et moteur, faisant route vers les Baléares.

Nuit chaude et humide. Merveilleusement étoilée et sans lune.

Entre chien et loup, j’aperçois un cata, qui descend également aux Baléares.

Retour du jour vers 6h, ciel bien dégagé, mais quelques nuages bas duveteux s’effilochant par le bas. 2000 m d’eau sous les quilles.

DSC00354Lever du soleil aussi pudique que son coucher de la veille, derrière un barrage gris sur l’horizon.

Mer d’huile, tendance mercure. En bas, la commandante en second “écrase du lourd”, malgré le ronron du moteur, son long quart accompli.

7h12 : une troupe de dauphins, à 300 m sur notre bâbord, descend aussi vers les Baléares.

Toujours cette houle résiduelle de sud.

 

 

 

Nous allons passer près d’une montagne (sous-marine) culminant à 801 m. Après, nous nous engouffrerons dans le “canyon de Palamos”. La poésie des cartes marines…

9h20 : bancs de brume à l’approche d’une route commerciale. Concomitamment, 3 navires AIS et un non-AIS repérés au radar ; à veiller dans la grisaille.

Le premier banc de brume passe, le suivant aussi. Je n’aime pas la météo de ce coin et cela ne me passera pas aujourd’hui.

 

DSC00363Une brise légère de sud se lève, de quoi porter les voiles quelques heures, mais pas assez pour une arrivée de jour vers Cadaques, donc moteur de nouveau.

18h00 : nous sommes accueillis par une mer confuse devant le cap Norfeo ; un bon 1/2 Nd de courant nous pousse vers le nord. La Cala Joncolls se profile. Nous l’avons choisie parce qu’elle semble la mieux abritée de la houle de Sud-Est dans ce coin.

 

 

DSC00368Dans la cala, un parc de corps morts quasiment plein, au moment où nous arrivons. Retrouvaille avec la terre et nos contemporains. Ski nautique, jets-skis et annexes vrombissantes. Essentiellement des yachts à moteur venus des ports voisins. C’est le week-end et chacun de ces consommateurs de mer compte en profiter à fond.

Et si nous partions aux Marquises ? … ça, c’est la lecture de Kurun.

D’ailleurs un semi-rigide nous apprend que nous sommes sur une bouée (rouge) du restaurant, que les blanches sont celles de l’hôtel et que les autres sont privées et … vous verrez bien si son propriétaire se présente.

Presque tous les bateaux rentrent au port à Rosas ou Empuria et nous restons, une poignée, pour passer une nuit - si possible - paisible.

DSC00365Lendemain matin, dimanche, service de croissants “à domicile”, plutôt bon, ce n’est toutefois pas des Stohrer.

 

Des brumes tenaces collent aux reliefs. Drôle de pays.

 

Dans la matinée, mouvement inverse, tout le monde rapplique ; les annexes du restaurant assurent un ballet incessant et vrombissant de semi-rigides qui débarquent les clients à terre et les rembarquent après le repas.

 

DSC00384Nous resterons une deuxième nuit, qui devrait être plus calme, car le week-end se termine. Un bon petit roulis s’installe, le vent tournicote. Nous tendons un bout sur une seconde bouée. Efficace.

Zut, le vent se lève dans notre travers, brutalement, mais il ne dépassera pas les 40 Nd. Nuit calme.

Le lendemain, le balai des bateaux reprend.

 

 

 

 

Remettons-nous en chemin et allons donc voir plus loin si l’eau est plus bleue.

 

A bientôt pour notre passage du Cap Creus (brrrrrrr !…).

Repost 0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 18:36

Jeudi 16 août 2012. Avant de mettre le cap sur le Nord de la Costa Brava, nous faisons un dernier mouillage sur Minorque. 6.9 M de bords de près musclés pour rejoindre un lieu relativement sauvage. DSC00341Pas de trace d’activité humaine hormis un mur de pierres sèches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

STH75050Il faut arriver très près de cette côte, assez inhospitalière, spécialement en ce jour bien venté, pour apercevoir l’eau étonnamment bleue et transparente  de l’endroit.

Kalinu est ton sur ton.

 

L’endroit est plutôt peu fréquenté, très peu le soir venu.

De quoi quitter Minorque avec l’envie de revenir (en dehors de l’été, cette fois).

 

 

 

 

 

DSC00327DSC00334STH75053STH75054STH75055DSC00340DSC00343DSC00345.

A bientôt pour des infos sur notre traversée retour.

Repost 0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 18:32

20120814_180915Mardi 14 août 2012. Bonne brise pour couvrir les 11.9 M qui séparent Son Saura de Ciutadella, l’ancienne capitale de l’île.

 

Spécialité locale de chaussure à forme particulière.

 

 

 

 

 

 

STH74954

Peu avant d’arriver, nous saluons le phare du Cabo D’Artrutx qui marque l’angle sud-ouest de Minorque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

STH74956Nous nous engageons dans une sorte de fjord.

Certains comparent cette entrée avec celle de Bonifacio, mais n’exagérons rien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

STH74959Les rives sont bordées de belles villas aux jardins verdoyants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous laissons sur le tribord le ponton du Club Nautico, réputé plus cher ; joignable sur le canal 09.

 

STH74966A bâbord plus au fond de la cala, nous trouvons plusieurs pontons flottants à catways du port publique (appel  VHF canal 14). Il s’agit de l’ancien quai du ferry, dont le terminal est maintenant situé à l’extérieur du port, derrière une nouvelle jetée.

 

 

 

 

 

 

Tarif de la place de port pour le mois d’aout 2012 pour notre RM de 10.5 m * 3.95 m = 40.26 E par nuit avec eau et électricité compris. C’est tout neuf et plus ou moins terminé. Les sanitaires sont moyennement réussis et moyennement entretenus.

 

STH74972La ballade vers la ville est un enchantement.

L’agencement de l’espace libéré par le déplacement de l’embarcadère des ferries a été réalisé avec goût.

 

 

 

 

 

 

 

 

20120814_180705

La fortification qui héberge dorénavant l’hôtel de ville domine le port.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20120814_18342220120814_183350

20120814_182348

La spécialité pâtissière qui surprend le plus est l’enseimada. Il s’agit d’une pâte assez légère, disposée en spirale, agrémentée de diverses manières et disponible en plusieurs tailles.

 

 

 

 

 

 

 

A bientôt.

Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 14:49

imageDimanche 12 août 2012. Nous continuons notre tour de Minorque, toujours dans le sens des aiguilles d’une montre (au, fait, je ne sais plus où elle est passée, ma montre). Après 2.8 M, nous mouillons l’ancre à la Playa Son Saura qui semble relativement calme.

C’était sans compter avec un individu peu fréquentable.

 

 

 

 

 

 

Petit air qui aligne gentiment toutes les embarcations devant la plage, puis tout cela commence à tournicoter, puis une bonne petite brise de nord-est vient mettre tout le monde d’accord : pas mal de mouvements de ceux qui avaient mouillé en ignorant les règles. Nous récupérons un nouveau voisin qui fait des trucs bizarres, change plusieurs fois d’emplacement, traverse plusieurs fois tout le mouillage, l’air pas assuré.

Le lendemain matin, ledit voisin amuse ses enfants pendant 4 heures avec son annexe dans le mouillage. Nous lui demandons aimablement de s’éloigner faire vrombir son moteur un peu plus loin. Le soir, à titre de représailles, il fait tourner son générateur. Certainement le nouveau joujou de l’année. Nous lui demandons aimablement d’arrêter ce ronronnement perpétuel au bout d’une heure. Il vient alors nous faire une scène. Il est chez lui, les touristes, il n’en n’a pas besoin, qu’ils rentrent chez eux. Je passe sous silence ses pires propos.

STH74941Monsieur laisse tourner son groupe électrogène encore une heure et demie, après avoir posé sur ses oreilles un casque pour ne pas être trop importuné par son propre bruit ! Et pendant ce temps, l’astiquage du bateau, qui aura duré toute l’après-midi, continue avec méthode.

De son côté, Madame s’ennuie et finit par prendre l’apéritif toute seule…

Moralité, il faut se méfier et fuir ceux qui passent trop de temps à astiquer leur bateau.

 

Je garderai pour moi mes autres pensées.

 

STH74947Le jour suivant, alors que nous appareillons, un bateau arrive, nous le mettons en garde contre la nuisance locale. Il nous répond qu’il est au courant et que ce gars est connu pour cela.

Il est temps de partir, donc. Et d’aller découvrir d’autres jolis coins.

 

A bientôt.

Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 14:00

STH74866Samedi 11 août 2012. Nous continuons à longer la côte sud de Minorque à la recherche de la plus belle cala.

 

Ben oui, parfois il vaut mieux ne pas rester trop longtemps dans les grottes !

 

 

 

 

 

 

STH74876Nous arrivons, après avoir parcouru 6.3M, à la Cala Macarella qui est bondée. Nous nous disons que cela va se vider en fin de journée. Bel exercice de mouillage dans une grappe de navires divers.

Ce ne sera que partiellement le cas et en attendant, c’est jet-skis, annexes motorisées, etc.

Vers 23h, un petit 20 Nd de vent se lève, siffle dans les pins, fait tourner gentiment tous les bateaux ancrés là. Les frontales et les projecteurs crépitent sur les ponts. Une heure plus tard, plus rien.

 

 

 

STH74882Le lendemain matin, la cala a pris un caractère un peu plus sauvage.

Nous ramons jusqu’à la plage de Macarellata (la plus petite des deux).

 

 

 

 

 

 

 

Mini-rando vers le promontoire qui offre un très beau spectacle de calanque double :

STH74894STH74896STH74900STH74893

A bientôt.

Repost 0

Présentation

  • : Les aventures du voilier Kalinu
  • Les aventures du voilier Kalinu
  • : Ce blog est conçu pour permettre à nos familles, amis et amateurs de voyages en voilier, de suivre nos périples en Méditerranée, à bord de Kalinu, notre voilier RM1050.
  • Contact

Rechercher

Archives