Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 08:53

Samedi 18 décembre 2010 – Cargèse (Corse – France)

 

 Capture.PNG

 

IMG_8557Nous avons mis les voiles de la Girolata jeudi en fin de matinée pour rejoindre Cargèse, un des rares abris entre la Girolata et Ajaccio, sans doute le seul praticable pour les  mauvaises conditions météo annoncées.

Le vent atteignait vite les 35 Nd et les creux 2 m dès que l’on s’éloignait des côtes et de la protection de leurs sommets. Nous avons donc longé le plus possible le rivage et profité d’un décor splendide.

Sur la lancé de la veille, nous avons laissé éteint le pilote automatique pour prendre la barre à tour de rôle, rajoutant ainsi au côté bien marin de cette navigation.

 

 

 

IMG_8555La route fut plus longue que prévue et nous sommes (encore) arrivés à la nuit tombante à Cargèse, mais nous connaissions déjà ce port.

Ce qui est toujours impressionnant est de voir la houle déferler devant l’entrée du port en se demandant où on va bien pouvoir se glisser pour entrer sans tout casser. Comme par magie, l’entrée est calme et la signalisation simple et efficace pour éviter de s’échouer sur les hauts fonds de part et d’autre.

Le ponton d’accueil est une digue de béton de laquelle on ne voit pas la mer, il vaut mieux vu comme cela déferle à l’extérieur, parée d’un éclairage publique morose. Au début, on a l’impression qu’un jet va se poser tout prêt, puis on comprend que le vrombissement incessant est provoqué par les déferlantes, de l’autre côté. Quand on voit passer un paquet de mer par dessus la jetée, on est sûr d’avoir bien compris.

Quelques rares coques à moteur et un petit voilier rendent l’endroit moins lugubre.

Un petit air du catalogue des marinas croates dont les photos datent de l’air soviétique : du béton et personne.

 

Voilà pour l’accueil qui sera limité à cela. En effet, la Capitainerie n’existe que par quatre œils de bœuf éclairés jour et nuit. Nous n’y avons vu personne.

Ce qui est drôle est que étions prêts à nous acquitter de notre dû pour profiter du Wifi et des douches, mais tout cela est resté fermé. Et, après la coupure de courant de vendredi, personne à contacter.

L’amarrage du bateau n’a jamais vraiment pris fin, car il faut tenir compte d’un peu de houle qui arrive à entrer, un petit vent de face assez constant et des rafales arrivant par le travers. Une pendille en fin de vie. Les rappels sur les haussières rendirent la nuit des plus pénibles.

L’arrivée du jour qui, en général, redonne du tonus à l’équipage, était gris, froid, houleux et venté. De plus, le propriétaire du bateau voisin est venu pomper un peu d’eau dans ses fonds et nous a plutôt effrayés. Je résume ses propos : quand il y a du vent d’Ouest annoncé, comme s’était le cas, les déferlantes passent par dessus la digue et s’abattent sur les bateaux amarrés au quai qui dansent et se heurtent violemment … d’ailleurs, vous serez beaucoup mieux à l’entrée du port, loin de mon bateau...

Vu comme ça, on a plutôt envie de partir ou d’écouter son conseil. Heureusement, le commandant en second m’a convaincu de ne rien faire, sauf sortir deux défenses supplémentaires pour rassurer le voisin, et a eu bien raison, car l’apocalypse prédite ne s’est pas réalisée. Nous avons simplement passé la journée dans le bateau à attendre, régler les haussières quand les rappels forcissaient et regarder passer les bouts de bois de 15-20 kg (“troncs d’arbres” pour le commandant en second) le long de notre quai.

 

STH78562La nuit suivante fût moins pire et surtout, le matin, grand ciel bleu.

L’occasion de profiter de la beauté calme du lieu, de l’eau transparente et de faire un saut à terre pour visiter le village qui surplombe le port. Un autochtone retraité en tenue de chasse, comme il se doit, nous y a gentiment conduits. Nous avons discuté avec lui de choses et d’autres, dont de chasse : dans sa famille, tout le monde en a marre de manger du sanglier, alors, maintenant, c’est plutôt la plume.

 

NB : dès que nous aurons un peu de Wifi, je mettrai les photos en ligne.

 

A bientôt.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Philippe LOPEZ 19/12/2010 10:58


Salut les amis,
Vous commencez à être un peu déphasés, dépaysés et déconnectés de tout : c'est bien, vous profitez à fond de votre périple. Je vous dis ça comme ca ; juste parce que je constate que les dates
inscrites sur le blog ne correspondent plus à la réalité (Samedi 20 décembre ? hihihi. Faites gaffe que le Père noël ne passe pas le samedi 28 décembre). Bises. Jean Phi


Présentation

  • : Les aventures du voilier Kalinu
  • Les aventures du voilier Kalinu
  • : Ce blog est conçu pour permettre à nos familles, amis et amateurs de voyages en voilier, de suivre nos périples en Méditerranée, à bord de Kalinu, notre voilier RM1050.
  • Contact

Rechercher

Archives