Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 15:46

Dimanche 5 août.

Belle petite descente musclée de 7.2 M depuis la Cala Mesquida pour entrer dans la baie de Mahon toujours impressionnante par ses bâtiments militaires dès l’entrée.

20120806_170811Nous allons de suite dans la Cala Teulera. Il s’agit d’une large zone de mouillage théoriquement gratuite, mais pour faire marcher le business des ports de la baie, les autorités passent tous les matins pour demander aux plaisanciers de migrer vers ces ports payants, plan A4 en couleurs à l’appui avec coordonnées desdits ports et relevé des noms des bateaux présents lors de leur passage.

Apparemment, on ne risque pas grand chose à rester jusqu’à 3 jours, mais la réputation du port de Mahon est telle qu’il vaut mieux ne pas tirer sur la corde. En attendant, pour la moyenne de nos frais de port, nous sommes toujours à zéro euro pile.

 

Le dimanche soir, un semi-rigide vient nous demander si nous voulons lui commander de la boulangerie pour le lendemain matin. Ben oui.

Le lendemain lundi, il passe livrer les autres bateaux en nous contournant. Etrange.

Le lundi soir, l’homme monté sur son semi-rigide surdimensionné repasse nous voir pour prendre une éventuelle commande. Ben oui, mais vous ne nous refaites pas le coup. Ben non.

Le lendemain matin, toujours pas de boulanger-livreur à 9h30. Nous partons, d’autant plus que la police du port est en maraude.

Il manque de nous éperonner à l’entrée du canal – je précise ici que l’homme ne se déplace jamais qu’à fond sur son engin – alors que nous lui faisons des grands signes. Quelques minutes plus tard, il repassera dans l’autre sens avec la marchandise, nous reconnaît et nous apporte la commande…

 

image

Le mardi matin donc, une fois le mauvais temps passé, nous partons à la recherche d’un point d’eau.

Nous en trouvons un moyennement intéressant, puisque nous payons 10 € pour quelques 250 litres à la station-service de la Cala Figuera. La règle est que l’on peut remplir ses réservoirs uniquement pendant que l’on fait le plein de carburant pour ne pas retarder les autres bateaux. Un peu bizarre, car en fait, il y a une bonne longueur de quai et plusieurs pompes. En l’occurrence, le plein a été vite fait, car nous avons peu utilisé notre moteur. On ne gagne pas à chaque fois.

 

imageimage

 

A bientôt.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les aventures du voilier Kalinu
  • Les aventures du voilier Kalinu
  • : Ce blog est conçu pour permettre à nos familles, amis et amateurs de voyages en voilier, de suivre nos périples en Méditerranée, à bord de Kalinu, notre voilier RM1050.
  • Contact

Rechercher

Archives